6 manières de prier quand vous êtes tenté

 

Nous aimerions que la tentation vienne à nous comme les spams dans notre boîte courriel : faciles à reconnaître et à placer dans la corbeille. Mais ce n’est jamais le cas… La tentation est sournoise, pernicieuse, profondément intérieure (Jc 1.13-15), et le diable est passé maître dans l’art de la dissimuler. Et lorsqu’elle s’est installé dans nos esprits, elle est souvent bien difficile à chasser.

Comment prier, lorsque nous sommes tentés ? Voici six suggestions.

 

1- Priez pour ne pas tomber davantage en tentation

Jésus lui-même nous propose de prier le Père en ces termes : « ne nous induis pas en tentation » (Mt 6.13). Nous devrions en faire notre supplication quotidienne. Une tentation en entraîne une autre ; certains jours, elles s’enchainent comme les perles sur un collier. Lorsque l’appât du péché nous harcèle, commençons par prier de ne pas être davantage tenté.

 

2- Priez pour que la tentation s’éloigne de vous

« Nul ne peut empêcher les noirs oiseaux de survoler sa tête. Tout juste pouvons nous leur interdire de nicher sur notre crâne ». Cette citation, attribuée à Martin Luther, illustre très bien la manière dont la tentation e présente à nous, puis devient persistante avant de nous conduire à succomber. Être tenté n’est pas pécher, mais la pente est glissante et il est facile de perdre pied. Dès les premiers frémissements de la tentation, prions que Dieu nous en éloigne.

 

3- Priez pour pouvoir y résister

L’épître de Jacques nous offre un précieux conseil : « Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable et il fuira loin de vous » (Jc 4.7). Il n’y a aucune autre recette que celle-ci : se soumettre à Dieu et résister. Bien souvent, résister implique de fuir, tel Joseph qui a abandonné son vêtement dans la main de Potiphar (Gn 39.2). Une bonne conscience est plus précieuse qu’un beau manteau…

Prions que notre Dieu nous rende capable de résister, voire de fuir, lorsque nous sommes tentés.

 

4- Si vous chutez, priez que Dieu vous relève

Salomon savait bien qu’aucun homme n’est exempt de péché (1 Rois 8.46). Notre expérience prouve qu’il avait raison. Tant que vous serez de ce monde, vous pécherez, parfois durement. Mais là où le péché abonde, la grâce surabonde : une grâce qui nous conduit dans la repentance ; une grâce qui nous restaure.

Prions pour que Dieu nous accorde une telle grâce, si nous avons péché.

 

5- Priez pour que la tentation vous conduise à désirer toujours plus le monde à venir

Peu-être lisez-vous ces lignes avec le sentiment que vous ne vous en sortirez jamais, que la tentation ne vous abandonnera pas. Certaines d’entre elles sont particulièrement tenaces, il est vrai, mais aucune n’est invincible. Nous pouvons vivre des délivrances dans le temps présent, mais celle que nous attentons se focalise sur le monde à venir que le Christ nous a promis. Prions donc que la tentation nous enseigne à toujours davantage désirer le retour de notre Seigneur, et à désirer ces lieux célestes où il sèchera pour toujours les larmes que nous avons versées.

« Ta tête peut être couronnée de troubles épineux en ce moment, mais elle portera bientôt une couronne étoilée. Tes mains peuvent être remplis de soucis, mais elles balayeront bientôt les cordes des harpes du ciel » (C.H. Spurgeon)

 

 

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, professeur de théologie, et directeur des formations #Transmettre. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary) et il vient de défendre avec succès sa thèse de doctorat en Ancien Testament (University of Aberdeen). Il est l'auteur du livre Je répandrai sur vous une eau pure : perspectives bibliques sur la régénération baptismale (2018, Éditions Impact Academia) et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs. Guillaume est marié à Elodie. Ensemble, ils sont les heureux parents de Jules.