Que dit la Bible à propos de l’occultisme ?

 

Le 24 octobre 2020, Florent Varak donnera une formation sur le rapport entre l’Evangile et l’occultisme dans le cadre du cursus #Transmettre. Nous lui avons posé quatre questions 😁

**

 

Guillaume Bourin (GB) : On dénonce beaucoup l’occultisme dans les cercles chrétiens, souvent avec des pratiques très différentes en vue. Peux-tu nous donner une définition précise de ce phénomène ?

Florent Varak (FV) : C’est ce qui m’a beaucoup plu dans la réflexion sur cette thématique. La plupart des définitions, y compris séculières, se focalisent sur des forces obscures. Voici la définition du Petit Robert :

« Occulte : Qui est caché et inconnu par nature » ; « Sciences occultes : doctrines et pratiques secrètes faisant intervenir des forces qui ne sont reconnues ni par la science ni par la religion, et requérant une initiation (alchimie, astrologie, cartomancie, chiromancie, divination, magie, nécromancie, radiesthésie, télépathie).

 

L’Écriture prend cette dimension en compte, bien entendu, mais elle est beaucoup plus fine dans son analyse. Au point que la frontière entre spiritualité occulte et spiritualité légitime n’est pas toujours très épaisse. Le prophète Ézéchiel fustige les faux prophètes de son temps dont Dieu juge les paroles comme de la « divination mensongère » (Éz 13.6), l’une des qualifications de l’occultisme en Deutéronome 18. Nous ne pensons pas forcément à une prophétie erronée comme de l’occultisme !

Mon analyse m’a conduit à formuler cette définition :

C’est une capacité illégitime ou trompeuse pour (1) révéler des informations cachées ou mensongères, (2) susciter une communion spirituelle illicite, (3) engendrer des événements ‘positifs’ ou ‘négatifs’ indépendamment de Jésus-Christ et de l’Évangile, médiateurs exclusifs de l’au-delà.

Ça c’est pour le praticien. Mais pour celui ou celle qui le sollicite, je dirai ceci :

C’est une confiance mortelle dans les révélations, les communions ou les actions de l’occultisme, parce qu’elle détourne l’individu de Jésus Christ et de l’Évangile. La vie (la Vie), c’est une confiance exclusive en Jésus-Christ qui conduit à la repentance, la consécration et l’amour de Dieu et du prochain.

Je continuerai à améliorer cette définition au fil de mes recherches, mais pour l’instant, elle reflète bien ce que j’ai trouvé.

 

 

(GB) :Dans certains milieux, on insiste beaucoup sur la démonologie, la délivrance et autres exorcismes. N’aurait-on pas tendance à exagérer sur ce sujet ?

(FV) : Écoute, on en a parlé ensemble lors d’une de tes émissions « que dit la Bible » (Numéro 86) ! Il me semble que l’enfermement que provoque l’occultisme n’est pas toujours directement démoniaque. Prenez l’exemple de l’ado qui lit les horoscopes chaque matin pour que cela l’éclaire sa journée. Il risque tout autant d’être pétri d’inquiétude, et d’être sous l’emprise de ces paroles. Une situation terriblement triste, qui n’est pas forcément attachée à la présence interne d’un démon dans sa vie.

En tant que pasteur, j’ai été régulièrement confronté à des manifestations démoniaques (1 fois tous les 2 ans à peu près). Ce que j’ai réalisé c’est que le diable est menteur et qu’il ne veut rien de plus que d’orienter notre attention sur lui. Or il me semble que c’est le plus grand piège qui guette celui qui veut s’impliquer dans ce genre de ministère. Il existe une approche bien plus profonde et efficace, que je développerai aussi dans cette conférence.

 

 

 

(GB) : Tu donnes une formation sur le rapport entre l’Evangile et l’occultisme le 24 octobre prochain. Peux-tu nous en dire plus ?

(FV) : Ma définition propose que l’occultisme cherche une information, une communion ou relation ou une opération. N’est-ce pas ce que nous avons dans l’Évangile, mais dans une plénitude qui ne cessera jamais de nous surprendre ? Vraiment, « nous avons tout pleinement en Christ » (Col 2.10) !

Au travers de cette formation, je m’intéresse à la conception du monde sous-jacente à l’occultisme pour la contraster à celle qui est sous-jacente à l’Évangile. Les deux sont en opposition formelle. Aucun mélange n’est possible. Or… il me semble qu’on trouve des formes d’occultisme aux frontières du Christianisme. Certaines pratiques, manières de fonctionner, ou conceptions, sont plus problématiques qu’il n’y paraît.

En tout cas, la puissance de l’Évangile est phénoménale ! Éphèse était une ville pétrie d’occultisme, et l’Église de cette ville est devenue l’Église la plus missionnaire et la plus puissante de tout le Nouveau Testament. Dieu est capable de renverser de tels ténèbres. D’ailleurs, on prendra le temps d’examiner comment le corpus lié à Éphèse éclaire notre sujet : Actes 19, Éphésiens, mais également 1 & 2 Timothée puisqu’il est le pasteur en poste dans cette Église. Beaucoup d’informations sur cette question sont utiles pour formuler une approche saine de la délivrance, centrée sur l’Évangile.

POUR VOUS INSCRIRE À CETTE FORMATION > Cliquez ici

 

 

(GB) : Donne-nous trois raisons de participer à cette formation !

(FV) : Alors, si je dois me limiter à trois…

  1. D’abord parce que tout ce que la Bible enseigne mérite notre attention.
  2. Ensuite parce que nos contemporains se tournent de plus en plus vers des pratiques occultes ou adoptent une des conceptions du monde qui le portent.
  3. Enfin parce que vous verrez comment comprendre la notion de délivrance

 

Merci !

 

 

 

Autres entretiens dans cette série :

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Alex Lopez est l'éditeur du podcast Que dit la Bible ? et de la série d'entretiens du Bon Combat baptisée 4 questions. Il étudie la théologie et le counseling biblique au Séminaire Évangélique Baptiste du Québec (SEMBEQ) et à la Fondation du Counseling Biblique. Alex est marié à Natacha.