Dieu change-t-il le mal en bien ? Pas vraiment…

 

J’aime particulièrement le cycle narratif de Joseph (Genèse 37-50). Je le relis régulièrement, et j’étais très heureux de pouvoir en exposer une partie lors de la conférence « Un Dieu bon dans un monde en crise« .

Vous en connaissez sans doute la trame : les frères de Joseph, jaloux, l’avaient vendu comme esclave. Son père, le croyant mort, avait perdu tout espoir de le revoir. Mais par une incroyable succession de circonstances, Joseph va devenir le deuxième personnage d’Egypte et sauver sa famille de la mort.

Plusieurs thèmes fondamentaux s’entremêlent dans ce récit, en particulier ceux du pardon et de la souveraineté. C’est le cas notamment dans l’épisode où Joseph dévoile à ses frères le fondement de son pardon :

Quand les frères de Joseph virent que leur père était mort, ils se dirent : « Si Joseph nous prenait en haine et nous rendait tout le mal que nous lui avons fait ! » Et ils firent dire à Joseph : « Ton père a donné l’ordre suivant, avant de mourir: ‘Voici ce que vous direz à Joseph: Oh ! Pardonne le crime de tes frères et leur péché, car ils t’ont fait du mal !’ Pardonne maintenant le crime des serviteurs du Dieu de ton père ! » Joseph pleura à l’écoute de leur message. Ses frères vinrent eux-mêmes se jeter à ses pieds et dire : « Nous sommes tes serviteurs. » Joseph leur dit: « N’ayez pas peur ! Suis-je en effet à la place de Dieu ? Vous aviez projeté de me faire du mal, Dieu l’a changé en bien pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux. Désormais, n’ayez donc plus peur : je pourvoirai à vos besoins et à ceux de vos enfants. » C’est ainsi qu’il les réconforta en parlant à leur cœur.
(Genèse 50.15-21, version Segond 21)

 

Un magnifique exemple de pardon, qui suscite un questionnement théologique important quant à la place du mal dans le plan de Dieu. Commençons par examiner le fondement du pardon de Joseph.

 

 

Le fondement du pardon de Joseph

Ce n’est pas la confession de ses frères qui semble motiver Joseph à pardonner. Certes il est sensible à leur attitude et à leur détresse et, sans doutes il y voit la preuve d’une repentance authentique. Mais dès le chapitre 45, alors qu’il se dévoile à eux, il leur parle ainsi :

Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour être mené en Egypte. Maintenant ne vous affligez pas, et ne soyez pas fâchés de m’avoir vendu pour être conduit ici, car c’est pour vous sauver la vie que Dieu m’a envoyé devant vous […] Dieu m’a envoyé devant vous pour vous faire subsister dans le pays, et pour vous faire vivre par une grande délivrance. Ce n’est donc pas vous qui m’avez envoyé ici, mais c’est Dieu…

 

Aussi surprenant que cela puisse paraître, Joseph discerne la main agissante de Dieu derrière l’horrible action de ses frères. Pourtant cette vérité ne le conduit pas l’amertume. Au contraire, elle produit en lui une confiance, une assurance, et une joie qui se manifestent dans le pardon qu’il accorde à ses frères.

Le véritable fondement du pardon de Joseph, c’est donc qu’il reconnait l’œuvre de la providence de Dieu jusque dans le méfait dont il a été victime.

 

 

 

« Changé » ou « Planifié » ?

De nombreuses traductions françaises suggèrent que les frères de Joseph avaient planifié ou médité de lui faire du mal, un mal que Dieu aurait changé en bien. Mais est-ce là réellement ce que dit notre texte ? Pas vraiment… En réalité, c’est la même racine verbale – ḥāšaḇ – qui est appliquée à l’action des frères comme à celle de Dieu. Ce verbe, peu courant dans le Pentateuque, renvoie à différents Psaumes de lamentation dans lesquels celui qui crie à Dieu l’implore de renverser les plans que ses adversaires élèvent contre lui.

L’idée est bien celle de la planification, qu’elle soit négative (une machination) ou positive (un plan bienveillant). Le verset de Genèse 50.20 est donc bien rendu ainsi :

Vous avez planifié (ḥāšaḇ) de me faire du mal, Dieu l’a planifié (ḥāšaḇ) en bien afin de produire ce qui arrive en ce jour, pour sauver la vie d’un peuple nombreux.

 

Dans la perspective de Joseph, Dieu n’a pas simplement déjoué le plan de ses frères : il l’a planifié.  « Vous aviez prémédité du mal contre moi », dit-il, « mais tout cela n’était que le plan de Dieu afin de faire du bien » ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte de l’impact métaphysique d’une telle affirmation. En substance, Joseph affirme que le mal fait partie du plan de Dieu. Et dans son plan, Dieu pense/planifie/décrète le mal en bien.

Le bien est le résultat ultime du plan de Dieu, et même le mal y concoure.

 

 

Pour aller plus loin :

J’ai exposé par deux fois ce passage. Retrouvez ces deux prédications ci-dessous !

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.