Faites la différence entre ce qui est essentiel et secondaire

 

La semaine dernière, nous parlions de nos préjugés sur nos amis musulmans. Cette semaine, j’aimerais parler de la distinction entre choses essentielles et choses secondaires en matière de témoignage aux musulmans. Voici mon septième article dans la série « Erreurs que les chrétiens commettent dans leur témoignage auprès des musulmans (et comment les éviter) ».

**

 

Lorsque nous témoignons de notre foi chrétienne à des musulmans, nous n’y allons pas par obligation, pour cocher une case de plus dans notre liste de choses à faire. Votre ami musulman vous demandera peut-être des informations dans le but de tester ou même d’attaquer votre foi. Très bien, c’est son affaire. Mais vous, que voulez-vous faire ? J’imagine que vous voulez lui présenter Christ. Dans ce cas, gardez cet objectif à l’esprit. Il faut répondre aux questions et aux objections, mais vous n’êtes pas obligé de laisser votre ami mener toute la discussion. Vous avez vous aussi le droit de donner à la conversation la direction que vous souhaitez.

Les musulmans ont été formés à s’engager dans ces formes de discussion avec les chrétiens. La polémique et la réfutation sont le propre de la pensée musulmane. Grâce à cette stratégie, nous nous retrouvons occupés à répondre aux différentes objections et questions des musulmans. À tel point que nous oublions de prendre l’initiative de réellement leur présenter la bonne nouvelle (révisons l’approche Columbo).

 

 

Faites la différence entre l’essentiel et le secondaire

Ne passez pas votre temps à débattre de la consommation du porc ou du vin. Répondez brièvement à ces questions puis revenez sur le sujet qui vous occupe, l’Évangile. Votre ami ne vous en voudra pas d’écarter le sujet tant que vous continuez à stimuler son intérêt. Ramenez toujours votre interlocuteur à l’Évangile. Si vous consacrez tout votre temps à ce type de questions, il ne vous en restera plus pour les questions pertinentes telles que la condition humaine et le pardon. Le problème, c’est que bien souvent, nous ne disons pas aux musulmans ce qu’ils ont besoin d’entendre, mais ce qu’ils pensent avoir besoin d’entendre. C’est l’un des principaux obstacles à l’annonce de l’Évangile. À cause de notre ignorance, nous échouons même à cette deuxième tâche. Rappelez-vous que nous ne devons pas témoigner simplement par devoir. Nous voulons avoir un impact sur les vies.

Évitez les discussions politiques. Lorsque vous leur présentez l’Évangile, certains musulmans penseront qu’il s’agit d’une prise de position en faveur d’Israël ou d’une insulte politique. Le problème est complexe, et les nombreux livres chrétiens qui circulent aujourd’hui sur le sujet n’ont rien arrangé : ils soutiennent qu’Israël revêt encore aujourd’hui une place de choix dans le plan de Dieu et relèguent les Arabes au rang de peuple inférieur pratiquement dénué de tout droit. C’est le genre d’enseignement qui considère les musulmans comme « du bois pour le feu d’Harmaguédon ». Si nous insultons les musulmans par notre interprétation de la Bible, comment pouvons-nous espérer qu’ils réagissent positivement à notre message ?

 

Israël et Palestine

En raison de ces difficultés, nous encourageons les chrétiens à ne pas se lancer dans des débats à propos de la Palestine. Si jamais vous entrez dans une telle discussion, écoutez avec compassion. Ne soyez pas excessivement pro-Israël et soyez prêt à admettre que la manière dont le gouvernement israélien traite les Arabes en Cisjordanie est inexcusable. Aucun chrétien ne peut la cautionner. Le magazine américain Christianity Today a récemment interviewé un pasteur palestinien évangélique dévoué. Voici ce qu’il a dit : « J’espère que mes frères et sœurs en Occident […] ont dans leur cœur assez de place non seulement pour Israël, mais aussi pour les Palestiniens. »[1]

Quel que soit votre point de vue sur Israël et sur ce qui arrive au Moyen-Orient, ne vous laissez pas distraire par des questions d’ordre politique. Concentrez-vous sur la question fondamentale : Jésus-Christ le Sauveur. Laissez Dieu s’occuper de la politique et veillez à annoncer l’Évangile aux musulmans avec amour et sans parti pris.

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

 

Notes et références :

[1] http://www.christianitytoday.com/ct/2014/august-web-only/hamas-israel-conflict-gaza-christians.html?&visit_source=twitter

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Hicham est pasteur et auteur de quelques ouvrages en anglais et en français dont, « La foi sur le gril », « Cher Abdullah » et « Chrétien rencontre musulman : comment communiquer et surmonter les obstacles ». Il est candidat au Doctorat en Science des Religions. Titulaire de deux Masters dont un en théologie, Hicham enseigne l’islamologie et l’apologétique dans des instituts bibliques en francophonie et en Grande-Bretagne. Il est aussi fondateur de "La Voix des Prophètes" (www.voix-des-prophetes.org) et "Jésus-Islam" (ww.Jesus-Islam.fr).