Que signifie « Coram Deo » ?

Notre émission Coram Deo existe depuis plus de trois ans (retrouvez le premier épisode ici), et beaucoup de nos lecteurs s’interrogent sur la signification de ce titre. Elle signifie littéralement « face à Dieu ». À l’époque, nous cherchions un titre latin qui puisse clairement indiquer nos convictions réformées mais nous ne savions pas, à l’époque, que R.C. Sproul chérissait lui aussi cette expression !

Voici la définition qu’il en donne :

« La grande idée de la vie chrétienne, c’est Coram Deo. Cette expression contient en elle-même l’essence de cette vie. Cette phrase fait littéralement référence à quelque chose qui se passe en présence ou devant le visage de Dieu. Vivre Coram Deo, c’est vivre toute sa vie en présence de Dieu, sous l’autorité de Dieu, à la gloire de Dieu.

Vivre en présence de Dieu, c’est comprendre que, quoi que nous fassions, où que nous le fassions, nous agissons sous le regard de Dieu. Dieu est omniprésent. Il n’y a pas de lieu si éloigné que nous puissions échapper à son regard pénétrant. Être conscient de la présence de Dieu, c’est aussi être conscient de sa souveraineté. En effet, si Dieu est Dieu, alors il est vraiment souverain. Lorsque Saul fut confronté à la gloire du Christ ressuscité sur le chemin de Damas, sa question immédiate fut : « Qui es-tu, Seigneur ? Il n’était pas sûr de savoir qui lui parlait, mais il savait que cette personne était souveraine.

Vivre dans la perspective de la souveraineté divine implique bien plus qu’une soumission réticente motivée par la crainte d’un châtiment. Cela implique de reconnaître qu’il n’y a pas de but plus élevé que d’honorer Dieu. Nos vies doivent être des sacrifices vivants, des oblations offertes dans un esprit d’adoration et de gratitude.

Vivre toute notre vie Coram Deo, c’est vivre une vie d’intégrité. C’est une vie de plénitude qui trouve son unité et sa cohérence dans la majesté de Dieu. Une vie fragmentée est une vie de désintégration. Elle est marquée par l’inconsistance, l’absence d’harmonie, la confusion, le conflit, la contradiction et le chaos. Le chrétien qui cloisonne sa vie en deux parties, l’une spirituelle et l’autre non spirituelle, n’a pas réussi à saisir la grande idée de la vie chrétienne. Cette grande idée est que la vie toute entière est consacrée à Dieu. En soi, diviser la vie entre ce qui relève du spirituel et ce qui ne l’est pas est un sacrilège.

Cela signifie que si une personne remplit Coram Deo sa vocation d’aciériste, d’avocat ou d’agent d’entretien, alors l’oeuvre de cette personne est tout aussi spirituelle que celle d’un évangéliste qui remplit sa vocation. Cela signifie que David était tout aussi spirituel en remplissant son appel de berger qu’il l’était lorsqu’il a été oint de la grâce spéciale de la royauté. Cela signifie que Jésus était tout aussi spirituel lorsqu’il travaillait dans l’atelier de menuiserie de son père qu’il l’était dans le jardin de Gethsémané.

L’intégrité se trouve là où les hommes et les femmes vivent leur vie selon un modèle de cohérence. C’est un modèle qui fonctionne de la même manière à l’église et en dehors de l’église. C’est une vie ouverte devant Dieu. C’est une vie dans laquelle tout ce qui est fait est fait comme pour le Seigneur. C’est une vie vécue par principe, pas par opportunité ; par humilité devant Dieu, pas par défi. C’est une vie vécue sous la tutelle de la conscience qui est tenue captive par la Parole de Dieu.

Coram Deo … devant la face de Dieu. C’est ça, la grande idée. A côté de cette idée, nos autres buts et ambitions deviennent de simples bagatelles. »

 

Savez-vous que Ligonier, le ministère de R.C. Sproul, possède désormais un portail Français ? Cliquez ici pour le visiter.

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.