4 raisons d’étudier l’histoire de l’Eglise

 

J’aurais le plaisir d’enseigner le 23 janvier 2021 notre premier module #Transmettre d’histoire de l’Eglise, qui couvrira la période s’étendant de l’Antiquité au Moyen Âge tardif. Le deuxième module sera enseigné en février 2021 par Pascal Denault et se focalisera essentiellement sur la Réforme protestante.

Ces deux volumes sont absolument fondamentaux dans le cadre de notre cursus #Transmettre. Nous croyons que tous les chrétiens devraient être informés, au moins dans les grandes lignes, des tenants et des aboutissants de l’histoire de l’Eglise.

Pourquoi ? Voici quatre raisons 😃

 

 

1- Pour apprécier la souveraineté de Dieu

La doctrine de la providence divine nous rappelle que l’histoire humaine est une toile géante sur laquelle Dieu peint son plan souverain. L’histoire n’est pas « cyclique » ; elle ne consiste pas en une constante répétition qui ne mène nulle part. Elle se dirige inéluctablement vers le retour du Christ et notre réunion avec lui.

Etudier l’histoire l’Église, c’est contempler l’oeuvre du Dieu qui l’a façonnée et qui la soutient. Il est le maître de l’histoire ; il garde son peuple et le conduit à bon port. La persévérance de l’Église n’a jamais été dépendante d’un être humain, et heureusement ! Nous sommes en effet bien trop fragiles et imparfaits.

L’Église de Jésus-Christ est établie, fondée sur le roc, et gardée par le Grand Roi lui-même.

 

 

2- Pour éviter les écueils du passé

L’histoire de l’Église témoigne de ses nombreux travers. Elle est émaillée de controverses – pas toujours nécessaires et souvent vicieuses – et de péchés. Connaître l’histoire du peuple de Dieu et ses écueils est utile afin de ne pas les reproduire.

Dans le même temps, nous pouvons adopter un certain recul quant aux erreurs du passé et comprendre les mécanismes qui y ont conduit : comment telle hérésie est née, comment tel personnage important a chuté, etc. Considérons les avertissements de l’histoire, et apprenons d’eux.

 

 

 

 

 

 

3- Pour comprendre d’où nous venons

Avez-vous déjà entendu parler du « landmarkisme » ? Il s’agit d’une théorie assez poussée de la « perpétuité baptiste », attribuant une continuité ininterrompue et une légitimité unique au mouvement baptiste depuis la période apostolique. En règle générale, les tenants de cette thèse affirment que Jean-Baptiste était… le premier baptiste (!) Cette théorie, maintes fois réfutée, trouve son pendant dans de nombreux mouvements. D’une manière générale, les évangéliques se comportent souvent comme si l’histoire de l’Église avait réellement commencé avec eux.

Nous ne devrions jamais oublier que nous sommes nous aussi le produit de l’histoire. Les débats de l’époque patristique, par exemple, affectent directement notre compréhension de la Trinité divine ou des deux natures de Christ. Les controverses mérovingiennes expliquent nos divergences en matière de sacrements.

L’existence même du courrant évangélique est le fruit de l’histoire. Étudions-là !

 

 

4- Parce que la vérité importe

Nous le disions plus haut, l’histoire de l’église témoigne des échecs et des défauts de nombre de ceux qui nous ont précédés, y compris ceux que nous considérons comme nos héros. Le défi, pour nous, est de ne pas excuser trop facilement ces erreurs, mais d’accepter de les considérer dans leur contexte. C’est uniquement de cette manière que nous pourrons comprendre pourquoi Jonathan Edwards défendait la pratique de l’esclavage ou pourquoi Jean Calvin ne s’est pas opposé à la mort de Michel Servet.

Aborder l’histoire avec honnêteté n’est pas un simple devoir d’érudition ; cela donne gloire à Dieu. La vérité compte, y compris en matière d’histoire, parce que le Dieu que nous servons est la source de toute vérité.

 

 

Par où commencer ?

Vous désirez étudier l’histoire de l’Église de manière plus approfondie ? Pourquoi ne pas commencer par le premier module de cours #Transmettre que nous mentionnons plus haut ? Nous allons survoler ensemble quatorze siècle d’évolutions de l’histoire de l’Eglise, en accordant une importance particulière à la période patristique.

Inscriptions : inscrivez-vous rapidement ici avec le code HIST1 pour bénéficier d’une réduction de 10€ sur l’ensemble du cours.

 

Pour davantage d’informations sur le contenu de la formation et sur son déroulement, visitez cette page

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, professeur de théologie, et directeur des formations #Transmettre. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary) et il vient de défendre avec succès sa thèse de doctorat en Ancien Testament (University of Aberdeen). Il est l'auteur du livre Je répandrai sur vous une eau pure : perspectives bibliques sur la régénération baptismale (2018, Éditions Impact Academia) et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs. Guillaume est marié à Elodie. Ensemble, ils sont les heureux parents de Jules.