Sept sujets de prière pour terminer 2021

 

L’année 2021 se termine, et le moins que l’on puisse dire est qu’il ne s’agissait pas d’une année faste. Peut-être faites-vous partie de ceux que cette pandémie de Covid-19 a durement frappés. Mais même si, comme moi, vous avez été relativement préservés jusqu’ici, il est important que nous consacrions un temps significatif à la prière en ce dernier jour de l’année.

Voici sept sujets de prière que j’aimerais vous suggérer. Accepteriez-vous de prier avec moi, alors que 2021 tire sa révérence ?

 

(1) Prions pour la consolation de ceux qui ont été affligés. Il est bon que nous commencions par là. Cette pandémie est à l’origine de nombreux deuils, de pertes d’emplois, de divorces, et de frustrations en tout genre. Que le Seigneur nous conduise à prier spécifiquement pour les situations que nous connaissons.

(2) Prions que Dieu augmente notre confiance en sa souveraineté absolue. Notre grand Roi n’a pas cessé de régner en 2021 : il est toujours sur son trône. Cette vérité, notre coeur enflé de péché aurait tendance à l’oublier. De même que les Israélites en Egypte ne pouvaient écouter la Parole de Dieu en raison de leur angoisse et de leur dure servitude (Ex 6.9), prenons garde d’oublier le solide fondement : pas un atome de cette création n’échappe à sa souveraineté.

(3) Prions pour accepter la volonté de Dieu, quelles que soient les circonstances. C’est la conséquence directe de la prière précédente : s’il règne, nous devons accepter de le laisser régner. Prier ainsi n’est pas une forme de résignation : c’est l’essence même d’une attitude militante ! Nous crions à Dieu car il est celui qui peut débloquer les situations les plus insolubles. Sa volonté est meilleure que la notre, il sait ce qu’il fait.

(4) Prions que toutes les circonstances que nous avons traversées cette année, même les plus difficiles, contribuent à nous façonner à la ressemblance de Christ. Je vous le disais en introduction : jusqu’ici, ma famille est relativement épargnée par cette pandémie. Toutefois, notre année a été ponctuée de bien des épreuves… En regardant en arrière, nous voyons comment la bonté de Dieu s’est manifestée au travers de ces circonstances pour nous détourner du péché et nous amener à nous confier davantage en Christ. Est-ce aussi votre cas ? Prions ensemble que Dieu éloigne de nous le spectre de l’amertume, un véritable poison spirituel, et que nous recevions l’épreuve avec une joie profonde (cf. Jc 1.2-4 ; Héb 10.34).

(5) Prions pour l’unité dans l’Église, en ces temps particulièrement clivants. Inutile d’en dire beaucoup plus. Nos divergences idéologiques, théologiques, eschatologiques, et politiques nous explosent actuellement à la figure. L’Eglise se divise au moment même où elle devrait être unie. Il ne s’agit pas d’être d’accord, mais de manifester les sentiments qui étaient en Jésus-Christ (Phil 2.5). Passerons-nous à côté de cette belle opportunité de témoigner au monde de cet amour que Dieu a répandu dans notre coeur par le Saint Esprit ? Prions qu’il n’en soit pas ainsi.

(6) Prions pour les autorités que Dieu a établies sur nous. C’est une chose difficile de prier pour nos dirigeants quand nous pensons qu’ils nous méprisent ou nous persécutent. Alors que j’écris ces quelques lignes, nous venons d’apprendre que le gouvernement du Québec ferme à nouveau les lieux de culte pour plusieurs semaines… Mais c’est pour des temps comme ceux-ci que la Parole de Dieu nous incite à prier pour ceux qui nous gouvernent (Rm 13 ; 1 Tim 2.1-2). Voici donc une bonne occasion de le faire, en ce 31 décembre.

(7) Prions pour que nos regards se focalisent sur le monde d’après. L’apôtre Pierre nous a averti de longue date : toutes ces choses que nous contemplons de nos yeux sont en voie de dissolution (2 Pi 3.11). Voyez comme un petit virus invisible déstabilise le monde entier et plonge dans la perplexité les esprits les plus brillants. Comment pourrions-nous désirer faire notre demeure ici bas ? ll nous faut autre chose : un autre monde, celui dans lequel Christ nous a réservé une place. Cette année catastrophique est un instrument de choix entre les mains de Dieu pour stimuler notre soif d’une vie meilleure, libérée du péché et de la souffrance, éternelle. Prions de la même manière que notre Bible se termine : « Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! »

 

Enfin, voudriez-vous prier pour le ministère du Bon Combat, alors que cette année se termine ? Vous trouverez quelques sujets de prière ici.

Merci pour votre fidélité en 2021. Que notre Seigneur vous bénisse comme il nous bénit.

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, professeur de théologie, et directeur des formations #Transmettre. Docteur en théologie (Ph.D., University of Aberdeen, 2021), il est l'auteur du livre Je répandrai sur vous une eau pure : perspectives bibliques sur la régénération baptismale (2018, Éditions Impact Academia) et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs. Guillaume est marié à Elodie et est l'heureux papa de Jules et de Maël