Flavius Josèphe et la grande tribulation

 

Dans sa prédication d’hier sur la grande tribulation de Matthieu 24.21-22, Pascal Denault a cité plusieurs extraits de le Guerre des juifs de Falvius Josèphe, un texte qui corrobore l’idée que Jésus référence à la future destruction de Jérusalem par les armées de Vespassien (je vous recommande d’écouter la prédication ici).

Autant vous le dire tout de suite, ces extraits m’ont particulièrement remués. Je vous propose de les lire ci-dessous, pour mieux y réfléchir.

 

 

La chute de Jérusalem : la pire des tribulations

Sans savoir qu’il fait référence aux paroles de Christ, Josèphe commence son récit ainsi :

« La guerre que les Juifs engagèrent contre les Romains est la plus considérable, non seulement de ce siècle, mais, peu s’en faut, de toutes celles qui, au rapport de la tradition, ont surgi soit entre cités, soit entre nations. […] On pourra critiquer les accusations que je dirige contre les tyrans et leur séquelle de brigands, les gémissements que je pousse sur les malheurs de ma patrie ; on voudra bien pourtant pardonner à ma douleur, fût-elle contraire à la loi du genre historique. Car de toutes les cités soumises aux Romains, c’est la nôtre qui s’est élevée au plus haut degré de prospérité pour retomber dans le plus profond abîme de malheur. En effet, toutes les catastrophes enregistrées depuis le commencement des siècles me paraissent, par comparaison, inférieures aux nôtres, et comme ce n’est pas l’étranger qui est responsable de ces misères, il m’a été impossible de retenir mes plaintes. Ai-je affaire à un critique inflexible envers l’attendrissement? Qu’il veuille bien alors faire deux parts de mon ouvrage mettre sur le compte de l’histoire les faits, et sur celui de l’historien les larmes. »

(Guerre des juifs, I.1,12)

 

 

Quelques extraits de ces calamités prophétisés par Jésus

La guerre civile éclate : les chefs juifs perdent le contrôle au profit des Zélotes. Résultat : la population est prise en otage et douze mille cadavres en putréfaction jonchent la ville.

« Il est impossible de raconter en détail les forfaits de ces gens, mais, pour le dire brièvement, il n’y a pas de ville qui ait enduré tant de misères, ni de génération qui, dans la suite des temps, ait produit tant de scélératesse. »
(v.442)

 

La famine. Les zélotes avaient brûlé les réserves blé et s’emparaient de la nourriture de la population)

« Le désespoir des factieux croissait avec la famine : de jour en jour, ces deux terribles fléaux s’exaspéraient. On ne voyait de blé nulle part : les factieux envahissaient les maisons pour y faire des perquisitions ; puis, s’ils trouvaient de la nourriture, ils maltraitaient les propriétaires en prétextant leur refus de la livrer ; s’ils n’en trouvaient pas, ils mettaient ces gens à la torture, pour avoir caché leurs provisions avec trop de soin. Une preuve que ces malheureux possédaient ou non de la nourriture se tirait de l’état de leurs corps ; ceux qui semblaient encore solides passaient pour avoir assez à manger, mais on épargnait ceux qui étaient déjà épuisés, estimant absurde de tuer des gens qui allaient bientôt mourir de faim. […] La famine triomphe de tous les sentiments et il n’y en a pas qu’elle supprime aussi facilement que le scrupule. Des femmes, des enfants, et, chose triste entre toutes, des mères arrachèrent les aliments de la bouche d’un époux, d’un père, d’un enfant et, quand les êtres les plus chers s’éteignaient dans leurs bras, les ravisseurs n’avaient pas honte de leur enlever jusqu’aux gouttes qui soutenaient leur vie. »
(V.424, 429)

Crucifixions : ceux qui fuyaient étaient Fuyards attrapés par les Romains, qui n’avaient pas assez d’effectifs pour les garder. En conséquence, les crucifixions se multipliaient.

« Il ne mit donc le plus souvent aucun empêchement au supplice de la croix, espérant peut-être que les Juifs, à ce spectacle, feraient leur soumission par crainte de subir un traitement pareil, s’ils ne capitulaient pas. Les soldats, qu’excitaient la fureur et la haine, crucifiaient les captifs, en manière de raillerie, de façons différentes, et la multitude des victimes était si grande que l’espace manquait aux croix, et les croix aux corps. »
(V.446)

 

Les rebelles s’entêtent, malgré les plaidoyers des romains et des autres juifs :

« Titus […] les engageant à cesser dès ce moment la lutte et à ne pas le contraindre à détruire la ville ; leur repentir tardif assurerait leur propre salut, celui d’une si grande patrie et d’un Temple qui n’était qu’à eux. […] les Juifs du rempart insultaient César et son père : ils lui criaient qu’ils méprisaient la mort, qu’ils la préféraient noblement à la servitude, qu’ils feraient, aussi longtemps qu’ils respireraient, le plus de mal possible aux Romains ; qu’ils ne se soucient pas de la perte de leur patrie, puisque, comme il dit, ils doivent bientôt périr et que l’univers est pour Dieu un meilleur temple que celui-ci. Ce sanctuaire, d’ailleurs, sera sauvé par Celui qui y réside ; ils l’ont pour allié et se raillent de toutes les menaces que les actes n’accompagnent pas, car l’issue des événements appartient à Dieu. Telles étaient les paroles qu’ils criaient en y mêlant des injures. »
(V.452)

 

La fin de la ville : un grand massacre, ainsi que la destruction du temple et de la ville.

« Quand l’armée n’eut plus rien à tuer ni à piller, faute d’objets où assouvir sa fureur – car si elle avait eu de quoi l’exercer, elle ne se serait abstenue par modération d’aucune violence – César lui donna aussitôt l’ordre de détruire toute la ville et le Temple, en conservant cependant les tours les plus élevées, celles de Phasaël, d’Hippicos, de Mariamme, […] les tours devaient témoigner de l’importance et de la force de la ville dont la valeur romaine avait triomphé. Tout le reste de l’enceinte fut si bien rasé par la sape que les voyageurs, en arrivant là, pouvaient douter que ce lieu eût jamais été habité. Telle fut la fin de Jérusalem, cité illustre, célèbre parmi tous les hommes, victime de la folie des factieux. »
(VII.1)

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, professeur de théologie, et directeur des formations #Transmettre. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary) et il vient de défendre avec succès sa thèse de doctorat en Ancien Testament (University of Aberdeen). Il est l'auteur du livre Je répandrai sur vous une eau pure : perspectives bibliques sur la régénération baptismale (2018, Éditions Impact Academia) et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs. Guillaume est marié à Elodie. Ensemble, ils sont les heureux parents de Jules.