5 raisons d’étudier la doctrine de la mission

 

Peu d’étudiants en théologie en début de cursus envisagent de se consacrer à la missiologie. Il s’agit pourtant d’une discipline importante, en particulier pour les évangéliques. Alors que nous proposons une formation à la doctrine de la mission le 24 juillet prochain, j’aimerais lister cinq raisons fondamentales qui devraient tous nous encourager à creuser davantage ce sujet

 

 

Cinq raisons d’étudier la doctrine de la mission

1- Parce que c’est le dernier commandement laissé par Christ et la première priorité de l’Église

Tous les théologiens évangéliques s’accordent à dire que la mission de Matthieu 28.18-20 est la responsabilité principale de l’Eglise à l’égard du monde. L’Evangile de Matthieu termine sur ce commandement et le livre des Actes en décrit l’accomplissement par « cercles concentriques » (cf. Actes 1.8). La formule de Jack Hanes, « son dernier commandement est notre priorité première » résume bien cet appel.

2- Parce que dans l’histoire récente, le concept de « mission » a été compris très différement

Là où certains mettent principalement l’accent sur l’implication sociale de l’Eglise dans le monde, les évangéliques insistent généralement sur la priorité de l’annonce de l’Évangile. Sur cette question, l’équilibre est difficile à trouver, et aucune étude ne sera de trop.

 

3- Parce que la mission de Dieu n’est pas une chose nouvelle : elle commence dès la création du monde

Dès la Genèse, le plan de Dieu semble être d’étendre les frontières du jardin d’Eden jusqu’aux extrémités de la terre. La mission de Matthieu 28.18-20 semble être le prolongement de cette intention divine (voir ici). Walter Kaiser a écrit un excellent petit ouvrage (Mission in the Old Testament, Barker Academic, 2012) dans lequel il démontre que la mission est un thème significatif de l’Ancien Testament.

 

4- Parce que nous ne pouvons pas servir Dieu adéquatement si nous n’avons pas une juste perspective de la mission

À quoi donc sert la mission ? À proclamer la gloire de Dieu jusqu’aux extrémités de la terre. Quiconque adore Dieu en esprit et en vérité et l’aime de tout son coeur veut voir cette gloire resplendir en tout lieu (cf. Ps 96). Etudier la mission, c’est étudier les moyens à notre disposition pour servir le Dieu de gloire de cette manière.

 

5- Parce que l’objectif ultime de la mission est l’adoration

Comme John Piper le dit si bien :

« Le but suprême de l’Église n’est pas la mission, c’est l’adoration. Si la mission existe, c’est parce que l’adoration n’existe pas. Le but suprême est l’adoration et non la mission parce que c’est Dieu, et non l’homme, qui est au cœur de toute chose […] La mission est une nécessité temporaire ; l’adoration, en revanche, demeure éternellement. L’adoration est donc à la fois le moteur et l’objectif de la mission. » (Que les nations se réjouissent! BLF, 2015).

Étudier ce que la Bible dit de la mission, c’est étudier comment porter l’adoration de Dieu jusqu’au bout du monde.

 

 

Comment étudier la théologie de la mission ?

Et bien sur Le Bon Combat, pardi ! La prochaine formation #Transmettre portera sur la Théologie de la Mission (Missiologie) et sera enseignée par Faly Ravoahangy (Madagascar 3M).

Intéressés ? Cliquez sur l’un des liens ci-dessous avant le 17 juillet 2021 à minuit. Utilisez le code MISSIO et vous bénéficierez d’un rabais sympa sur le prix du cours.

🇪🇺 Pour vous inscrire en euros, cliquez ici
🇨🇦 Pour vous inscrire en dollars canadiens, cliquez ici

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, professeur de théologie, et directeur des formations #Transmettre. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary) et il vient de défendre avec succès sa thèse de doctorat en Ancien Testament (University of Aberdeen). Il est l'auteur du livre Je répandrai sur vous une eau pure : perspectives bibliques sur la régénération baptismale (2018, Éditions Impact Academia) et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs. Guillaume est marié à Elodie. Ensemble, ils sont les heureux parents de Jules.