Chère maman, Jésus a déjà été à ma place

 

J’aimerais attirer votre attention sur un incroyable petit livre qui vient tout juste d’être publié, Si je pouvais parler – Lettres d’un enfant à naître (Publications Chrétiennes, 2021. À commander ici). Comme le titre l’indique, l’auteur (Mark Jones) a rédigé plusieurs lettres fictives du point de vue d’un enfant dans le ventre de sa mère.

En voici quelques bonnes pages.

 

 

 

Chère Maman,

Jésus a déjà été à ma place.

Le christianisme affirme des choses étonnantes qui peuvent sembler ridicules à première vue ; pourtant, si on prend le temps d’examiner ses déclarations, elles sont plutôt convaincantes.

On peut objecter, comme le font beaucoup, que la souffrance et le mal dans le monde sont des raisons de ne pas croire en Dieu. Pourtant, le christianisme affirme que le Fils de Dieu, loin d’être un spectateur passif de ces dégâts, a choisi de descendre sur Terre pour revêtir la nature humaine, c’est-à-dire un corps et une âme. Dieu le Fils est devenu un homme et il a souffert au point de mourir sur une croix.

La croyance en l’incarnation – le Fils de Dieu se présentant sous une forme humaine – est au cœur de la foi chrétienne. Lui qui n’avait besoin de rien parce qu’il possédait tout, est venu sous une forme humaine (corps et âme), et s’est ainsi exposé au besoin de soins constants de la part de sa mère dès le moment de sa miraculeuse conception.

Quand on y pense, c’est vraiment là une belle histoire de l’amour de Dieu pour l’humanité. Quelle est la chose la plus précieuse de l’univers pour Dieu le Père ? Bien que Dieu accorde une très grande valeur à chaque être humain qui est fait à son image, une personne est plus précieuse que toute autre aux yeux de Dieu : Jésus-Christ de Nazareth.

Où Dieu a-t-il placé la personne la plus précieuse au monde ?
Dans le ventre d’une femme.

Le Dieu Tout-puissant, parfait dans tout son être, qui n’avait besoin de rien, a envoyé son Fils dans le monde afin qu’il devienne un fœtus dont une jeune femme vierge allait prendre soin. Si une personne avait le droit d’être terrifiée à l’idée de ce qui lui arriverait, c’était bien Marie. Marie et Joseph n’étaient pas riches, ils allaient devoir fuir vers l’Égypte pour protéger leur petit garçon, et un jour Marie verrait son fils être crucifié publiquement par les Romains. Néanmoins, dès le premier instant, elle a loué Dieu pour le don qu’il a fait, non seulement à elle-même, mais aussi à toute l’humanité.

Dieu n’a pas envoyé son Fils sur Terre sous la forme d’un homme adulte pour qu’il vive et meure pour nos péchés. Il a préféré commencer par la conception dans le ventre de la vierge Marie. L’endroit le plus sûr au monde pour Jésus était le ventre de sa mère. Dieu accorde tellement de valeur au sein maternel qu’il y a placé son Fils bien-aimé.

Nous ne comprenons peut-être pas pleinement à quel point cette vérité est merveilleuse. Dieu le Fils a été placé dans le ventre d’une femme. C’est tout aussi troublant que le fait que Dieu le Fils ait été placé dans un tombeau. Le ventre de la vierge Marie a été désigné comme un lieu sûr où la nature humaine du Fils de Dieu a été formée avec le plus grand soin.

Non seulement Dieu a démontré au monde son immense amour en offrant son Fils unique en sacrifice pour les pécheurs, mais il a aussi révélé au monde qu’il accorde de la valeur aux femmes et à la zone protégée qu’est l’utérus.

Le christianisme nous enseigne que Dieu accorde de l’importance à l’utérus d’une femme. Il l’a créé pour que son Fils y vive au stade le plus vulnérable de sa vie terrestre. Par ricochet, Dieu a fait la même chose pour chacun de nous. Le sein maternel a été créé par Dieu pour être un lieu sûr, mais de nos jours, il s’agit de l’un des endroits les plus dangereux au monde. En 2018, près de 42 millions d’avortements ont été pratiqués. C’est comme si on éliminait chaque année l’entièreté de la population du Canada et même un peu plus, ce qui est triste, parce que les Canadiens sont tellement gentils.

Je trouve cela fascinant que Dieu nous révèle sa puissance dans la faiblesse. Il est venu sous la forme d’un bébé, dépendant de sa mère. Réfléchissons-y un instant : si Jésus est à la fois pleinement homme et pleinement Dieu, il tenait l’univers dans sa main, alors qu’il était lui-même porté par sa mère. En poussant son premier cri à sa naissance, il s’est mis à partager notre souffrance terrestre.

Si on voulait inventer une religion, on ne pourrait certainement pas inventer le christianisme. Affirmer que Dieu est entré dans le monde par le biais d’un utérus, qu’il s’est retrouvé ensuite dans un tombeau, pour être finalement ressuscité des morts, me semble être un scénario que Dieu seul peut concevoir.

Quoi qu’il en soit, je suis encouragée par le fait que tu lises cette lettre, mais aussi par le fait que Dieu me voie. Il me connaît, il m’aime et je crois qu’il veut que j’aie le privilège de vivre ma vie sous son règne et pour sa gloire.

On peut dire ce qu’on veut à propos du christianisme, mais on ne peut pas accuser le Dieu de la Bible de ne pas se soucier de la souffrance et des difficultés de la vie chrétienne. Christ le Seigneur a souffert, et le chemin qui l’a conduit à sa vie de souffrance a commencé dans le ventre d’une femme.

Jésus a déjà été à ma place.

Affectueusement, Zoé

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, professeur de théologie (SEMBEQ • FTE-Acadia • ITF), et directeur des formations #Transmettre. Docteur en théologie (Ph.D., University of Aberdeen, 2021), il est l'auteur du livre Je répandrai sur vous une eau pure : perspectives bibliques sur la régénération baptismale (2018, Éditions Impact Academia) et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs. Guillaume est marié à Elodie et est l'heureux papa de Jules.