Quand l’hiver est nécessaire à notre foi

Mon ami Pascal Denault publiera son nouveau livre le 12 mars prochain, Le côté obscur de la vie chrétienne. Ce livre, qui se focalise sur la dépression spirituelle, devrait profondément vous encourager, et je vous encourage d’ores et déjà à la pré-réserver chez nos partenaires de La Maison de la Bible. C’est un ouvrage particulièrement important, de mon avis, notamment parce qu’il aborde le thème de la dépression spirituelle de manière théologique, en analyse les racines, et propose des solutions qui vont au-delà du simple encouragement.

Suivez donc Le Bon Combat, vous aurez d’autres informations quant à cette sortie dans les semaines à venir. Dans l’attente, voici une petite citation qui devrait vous plaire :

Reconnaissons que l’hiver, si rigoureux soit-il, est nécessaire et bénéfique pour la fertilité. John Bunyan, qui a beaucoup souffert, emprisonné à cause de sa foi durant douze ans, a connu la détresse décrite par David. Méditons sur cette phrase qu’il a écrite du fond de sa prison : « On raconte que dans certains pays des arbres poussent, mais ils ne portent aucun fruit, parce qu’il n’y a pas d’hiver. » Il est bon pour notre âme d’éprouver les détresses du Psaume 13. Nous en avons besoin pour devenir fertiles et reconnaissants.

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, professeur de théologie, et directeur des formations #Transmettre. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary) et il vient de défendre avec succès sa thèse de doctorat en Ancien Testament (University of Aberdeen). Il est l'auteur du livre Je répandrai sur vous une eau pure : perspectives bibliques sur la régénération baptismale (2018, Éditions Impact Academia) et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs. Guillaume est marié à Elodie. Ensemble, ils sont les heureux parents de Jules.