Jean Calvin : « Le sermon ne doit pas nous chatouiller les oreilles »

 

Jean Calvin est sans conteste l’un des grands exégètes de la Réforme, en témoignent ses nombreux commentaires (les éditions Kerygma en ont re-publié certains volumes, voir ici). Mais nous ne devrions pas oublier que son activité exégétique était essentiellement motivée par sa stratégie homilétique.

À ce sujet, Jean-Philippe Bru (Faculté Jean Calvin) a récemment publié deux citations extraites d’un sermon de Calvin sur 2 Timothée 2.14-15.

Voici la première :

Quand chacun viendra au sermon, que ce ne soit pas pour ouïr quelque chose plaisante, et qu’on lui chatouille les oreilles, et dont il puisse causer à plaisir : mais que ce soit pour s’avancer en la crainte de Dieu et en humilité, et pour s’inciter à l’invoquer, et pour se confirmer en patience. Et cependant, si nous avons ouï une exhortation aujourd’hui, et que demain elle nous soit réitérée, ne pensons point que cela nous soit superflu, n’en soyons point fâchés ; car quand chacun fera bon examen, il trouvera qu’il s’en faut de beaucoup qu’il se soit souvenu de la leçon qu’il avait apprise pour la bien pratiquer. Si donc Dieu nous en rafraîchit la mémoire, c’est un grand bien qu’il nous fait. […]

On dira : Et nous avons ouï ce propos ; n’est-ce pas une chose assez vulgaire ? Qui est le petit enfant qui ne le connaît ? Voilà ce qu’allèguent ceux qui voudraient être repus de questions inutiles. Mais voici comme le Saint-Esprit veut que journellement ce qui nous est utile nous soit ramené au-devant, parce que nous ne l’avons point assez entendu ; il nous le faut mettre en pratique, comme on dit.

 

Et voici la deuxième :

La prédication ne doit point être morte, mais vive, pour enseigner, exhorter, reprendre, comme dit Paul à Timothée (2Tm 3.16), voire tellement que si un infidèle entre, qu’il soit navré et convaincu pour donner gloire à Dieu, comme il dit en un autre passage (1Co 14.24-25).

Vous savez aussi comme il parle de la vivacité qui doit être en la bouche de ceux qui veulent être approuvés bons et fidèles ministres de Dieu, qui ne doit point avoir une parade de rhétorique pour se faire valoir, mais que l’Esprit de Dieu doit résonner en leur voix.

Tous les dangers qu’on peut craindre ne doivent empêcher que l’Esprit de Dieu n’ait sa liberté et son cours en ceux auxquels il a distribué ses grâces pour édifier l’Eglise.

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, professeur de théologie, et directeur des formations #Transmettre. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary) et il vient de défendre avec succès sa thèse de doctorat en Ancien Testament (University of Aberdeen). Il est l'auteur du livre Je répandrai sur vous une eau pure : perspectives bibliques sur la régénération baptismale (2018, Éditions Impact Academia) et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs. Guillaume est marié à Elodie. Ensemble, ils sont les heureux parents de Jules.