Trois éléments qui devraient faire partie de votre prédication lors de funérailles

Article de Brian Croft initialement publié sur le blog Southern Equip. B. Croft est professeur à Southern Baptist Theological Seminary (SBTS). Traduction : Guillaume Bourin

**

 

Un pasteur m’a contacté la semaine dernière pour me poser cette question (sur le sujet d’une prédication lors de funérailles, NDT) et a pensé que d’autres pourraient être intéressés par la réponse. Le conseil le plus utile que j’ai reçu à ce sujet est le suivant : « Ne dites pas que la personne décédée est au ciel. Ne dites pas qu’elle est en enfer. Prêchez simplement l’évangile aux gens présents. »

Ce principe résume bien notre tâche, quel que soit le type de funérailles où nous officions. Bien que nous nous concentrions sur le souvenir et la célébration de la vie du défunt, au final le service funéraire est davantage destiné à ceux qui y assistent. L’évangile doit être prêché clairement dans la prédication. C’est seulement lorsque nous avons personnellement confiance dans la conversion d’une personne que nous devons nous sentir à l’aise pour parler de l’héritage céleste qu’elle a maintenant reçue. S’il y a le moindre doute dans votre esprit, il est préférable de vous concentrer sur l’annonce de l’évangile et de résister à la tentation de fournir un faux réconfort à vos auditeurs.

Un sermon funèbre ne devrait pas excéder 20 minutes et devrait souligner les trois aspects ci-dessous, de préférence exposés à partir d’un ou de plusieurs textes des Ecritures.

 

1. Reconnaitre la nécessité de faire le deuil

L’histoire de Jésus qui a ressuscité Lazare des morts (Jean 11) est particulièrement utile, car elle pointe vers ce temps légitime de deuil pour ceux qui vivent la séparation de la mort. Jésus lui-même a pleuré à cette occasion (Jean 11.35). Je partage souvent le moment où mon père nous a fait asseoir, ma femme et moi, après la fausse couche de notre deuxième enfant. Il nous a exhortés à prendre le temps de faire notre deuil et nous a appris comment le faire.

Ne croyez pas que les gens estiment naturellement que le deuil est approprié ou qu’ils savent comment surmonter leur chagrin. En fait, beaucoup ne veulent pas en parler à cause de la douleur de la perte. De nombreux pasteurs savent que souvent, des années plus tard, les gens apprennent la valeur de ce processus, et finissent par surmonter leur deuil avec quelques conseils pastoraux.

 

2. Annoncer clairement l’espérance de l’Evangile

La véritable espérance dans le deuil ne peut être dissociée de l’espérance de l’évangile. C’est pourquoi la deuxième et la troisième partie d’un sermon funèbre doivent se focaliser sur la personne et l’œuvre du Christ. Quel que soit le texte que vous choisissez de prêcher, assurez-vous de vous concentrer sur les éléments clairs de l’évangile qu’il contient : la sainteté de Dieu, le péché de l’homme et le jugement, la personne parfaite de Christ et son œuvre expiatoire pour nous sauver, notre réponse essentielle pour nous repentir et croire en Christ.

 

 

3. Inviter vos auditeurs à répondre à l’Evangile

Pour le faire de façon appropriée et efficace, vous devez vous préparer en connaissant le plus possible vos auditeurs mais également la personne défunte. Vous devez également partir du principe que des chrétiens et des non-chrétiens seront présents. Vous devriez également supposer que tous sont venus avec une compréhension préconçue et erronée du salut. Par exemple, j’ai officié un enterrement où 90% de ceux qui étaient présents étaient des catholiques romains dévoués, un autre où la majeure partie des participants étaient mormons, et un autre où personne dans la salle n’avait jamais mis un pied dans une église.

Dans chaque cas, j’ai expliqué clairement l’évangile, appelé mes auditeurs à se repentir de leurs péchés, à croire en Christ, et à avoir confiance en lui. Cependant, dans chacune de ces différentes situations, je les ai approchés en les appelant à répondre à l’évangile différemment, selon leur compréhension préconçue de la « bonne nouvelle « .

 

Ainsi, exhortez-les à faire leur deuil. Prêchez l’évangile clairement et simplement. Aidez-les à comprendre leur besoin de Christ, car la mort est devant eux. Appelez-les à se repentir et à croire. Quand vous aurez fait cela, vous les aurez bien servis.

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.